Introspection 2022 : pas de bonnes résolutions, mais des réponses à mes questions !

Je ne te dévoilerai pas ma grande problématique de l’année, mais je te partage de quelle façon Dieu m’a répondu, pas à pas, de manière subtile et fabuleuse.

Janvier : tout part du cœur

Je suis inspirée par le verset de Proverbes 4.23 qui dit qu’il faut avant tout veiller sur son coeur.

Et devine quoi, ensuite, tout s’est enchainé !

  1. Une première partie de culte sur le coeur, source de la vie, dans la continuité parfaite avec mes réflexions du moment.
  2. Un de mes chants de l’année me revient en mémoire avec ces mots : « je ne cherche pas ta main : tu ne me dois rien, tu m’as comblée. Au-delà de ce que tu peux faire : je veux ton coeur. » (Rien au monde)
  3. Dans un groupe de prière, nous lisons Ezéchiel 36.26 où Dieu nous promet un coeur nouveau, remplacer notre coeur de pierre par un coeur de chair. Je suis responsable, je fais mes choix (point 1), mais c’est aussi Dieu qui travaille !
  4. Nous allons par HASARD dans une autre église, et le verset de la prédication est : « Voici ce que je veux repasser en mon coeur, ce qui me donnera de l’espérance »… (Lamentations 3.23) Les bontés de l’Eternel ne sont pas épuisées. Je suis encouragée. A la fin, nous chantons un autre de mes chants phares de l’année : Je chanterai la bonté de Dieu.
  5. Je repense aussi au Psaume 95.7 : « aujourd’hui, si vous entendez sa voix, n’endurcissez pas votre coeur« .

Mon objectif n’était pas de faire la liste de tous les versets ou chants qui parlent du coeur. (Je regarde sur TopBible, il y a pleeeein de résultats). C’est juste que toutes ces coïncidences m’ont vraiment touchées !

OK, je dois veiller à ce qui se passe dans mon coeur, rechercher le coeur de Dieu, il me donne un coeur nouveau (= son Esprit), je dois aussi veiller à ce que je repasse dans mon coeur, et je ne dois pas endurcir mon coeur. Mais c’est tellement ce dont j’ai besoin. C’est carrément ce qui répond à ma problématique.

Veiller – Rechercher – Renouveler – Repasser – Ne pas endurcir

Février : le cœur de l’Evangile

Je me suis embarquée sur un coup de tête dans un défi Instagram, qui m’a donné l’occasion d’illustrer 10 versets qui résument l’Evangile en une phrase.

Quelles belles révélations… Il n’y a plus de condamnation pour moi, Dieu me donne tout, je n’ai rien à lui prouver à lui, son amour ne s’achète pas, je suis juste devant lui, Jésus est venu pour m’aider : tout cela remet bien les BASES en place.

Défi Evangile Illustré : mes 10 illustrations

J’ai aussi commencé un programme en quelques étapes sur YouTube pour essayer de régler un blocage. Dieu m’a rappelé l’existence de ce programme lors d’un de mes (rares) temps de prière, car j’en avais déjà eu connaissance il y a des années mais je n’en avais pas encore l’utilité. Quelle aventure !

L’introspection continue.

Mars : tenir dans la durée

J’ai décidé de faire le carême en jeûnant de sucre. A savoir que je mange des produits (trop) sucrés matin, midi et soir, et entre les repas ! Je voulais retrouver ma liberté, et me mettre à l’épreuve pour dépendre de Dieu à 100%.

  • Les 3 premiers jours étaient très durs, je ne savais pas comment j’allais y arriver, je pensais au sucre toute la journée.
  • Au bout d’environ 2 semaines, j’ai pris le pli. J’étais émerveillée de voir comment Dieu pouvait m’aider à résister, comment je pouvais prendre plaisir à grignoter plein d’autres choses (peut-être trop salés ou trop gras mais ça n’est pas le sujet ! 🙂 ). Mon challenge était en très bonne voie : j’arrivais à me passer de sucre.
  • Ensuite, les tentations sont arrivées, de plus en plus nombreuses. Mon mari a acheté des trucs sucrés, mes collègues ont ramené des gâteaux ou des petits pains… Le sucre m’appelait de tous les côtés ! (Je fais aussi quelques exceptions, le week-end par exemple, mais en toute modération ce qui est déjà un miracle en soit.)
  • Avec ou sans tentation : c’est long ! Ca fait maintenant un mois. Il reste environ 2 semaines jusqu’à Pâques. C’est encourageant, j’ai fait le plus gros, mais une petite voix me dit parfois « allez c’est bon, tu peux manger ceci ou cela, allez tu as tenu assez longtemps… ». Je peux le faire, mais je sens de la résistance, je sens que le combat spirituel n’est pas terminé. Je sens que l’ennemi veut que je laisse tomber mon jeûne pour Dieu. Toutefois, je SAIS que Dieu ne me lâchera pas en si bon chemin ! Je tiendrai bon.

Comment savoir ce qu’est la persévérance si on n’est pas amené à résister à l’épreuve pendant un certain temps ? Comment savoir ce que veut dire « résister à la tentation » si on reste dans sa zone de confort ?

Je suis sûre que ce jeûne aura un impact sur moi à long terme. Le premier enjeu était de ne pas retomber dans le cercle vicieux des troubles alimentaires. Si je ne fais pas d’overdose de sucre à la fin du carême, ce sera gagné. Ca devrait le faire. 🙂

L’autre enjeu est de grandir spirituellement et de me rapprocher de Dieu : je crois que je prie davantage. MERCI mon Dieu pour cette expérience et pour ta présence ! ♥

Le mois prochain, c’est le début du programme Brise Ta Coquille… Je savais que je n’allais pas m’ennuyer cette année mais plus on avance, plus ça envoie du lourd ! 😮

Un commentaire

  1. J’ai un extrait d’une chanteuse (Laura Gagné):
    Elle chante,

    Tu vis ta vie de la même manière en te demandant s’il répondra bientôt.
    Tu pries le ciel pour qu’il t’offre de plus beaux jours tu mets ton l’espoir dans les gens qui entourent.

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s